Langue française English language Site officiel du salon dela plongée sous-marine
Site officiel du salon de
la plongée sous-marine

Actualités de la Plongée

Malaisie - Sipadan
Partager par email
Pdf
Image
Et Poséidon créa Sipadan !
Rubrique: Voyages/Destinations
Publié par:

Organisation du Salon


le 21 Octobre 2010


Sipadan jouit d’une situation géographique et géologique exceptionnelle. Cette unique île océanique de Malaisie est recouverte d’une petite forêt tropicale de 12 ha, classée réserve ornithologique depuis 1993. Située à 35 km au large de la côte Est de Bornéo, elle est formée par un ancien volcan englouti à -680 m et baigne au cœur d’un écosystème sous-marin extrêmement riche. Pendant longtemps les pirates ont régné autour de l’île, décourageant ainsi les pêcheurs de s’y installer et d’appauvrir les ressources halieutiques. Ce sont les films de l’équipe Cousteau qui, dans les années 80, révélèrent au monde entier les merveilles naturelles de Sipadan, surnommée la « capitale mondiale des tortues ». Qu’elles soient vertes (Chelonia Mydas) ou imbriquées (Eretmochelys Imbricata), des centaines de tortues vivent tout autour de l’île dont les plages constituent un lieu de ponte idéal entre avril et septembre. Ces reptiles aquatiques disposent même de leur propre cimetière à quelques mètres de la jetée. Véritable labyrinthe, le célèbre site « Turtle tomb » est réservé aux plongeurs confirmés.



Afin de préserver son capital naturel riche de plus de 3000 espèces de poissons et d’une centaine d’espèces de coraux, le gouvernement a classé l’île “réserve naturelle protégée”. Les opérateurs de plongée ont quitté l’île et tout séjour y est interdit depuis le 1er janvier 2005. Les plongées sont désormais proposées à partir des îles voisines ou à la journée au départ de Semporna. Basés sur Sipadan, les gardes côtes de Sabah Parks assurent le contrôle et délivrent les permis de plongées en respectant le quota de 120 permis par jour, au tarif de 40 ringgits par personne.



Un tourbillon de vie et de couleurs et des poissons plutôt zen…
Il n’y a pas de mots assez forts pour exprimer l’univers hallucinant de Sipadan. La concentration de poissons est telle qu’on a l’impression de faire dix plongées en une seule ! La première immersion est surprenante, tant par l’affluence immédiate des poissons que par leur diversité : requins pointes noires et blanches, tortues à foison, banc de carangues et de barracudas, et un kaléidoscope de poissons de récif où couleurs et formes multiples tournoient harmonieusement… Que l’on soit vidéaste, photographe, passionné d’éthologie ou simple bulleur, chacun trouve son bonheur dans ces eaux légendaires. Étant habitués à recevoir la visite de plongeurs depuis des années, les résidents des fonds marins de Sipadan se laissent approcher facilement. Ce qui implique d’autant plus un comportement respectueux de la part des plongeurs envers ces oeuvres de Dame Nature …



Véritables points d’orgue de la plongée à Sipadan, Barracuda Point et South Point sont les sites les plus exposés aux courants et par conséquent les plus fréquentés par le « gros ». Il est fréquent d’y rencontrer du beau monde vers 20-25 m, telles de majestueuses raies manta, des raies pastenague noires marbrées ou de sympathiques napoléons en promenade. Le long du tombant, les plongeurs peuvent aussi croiser la route de gros thons à dent de chien (gymnosarda unicolor) , de requins gris de récif, de requins léopard (Stegostoma Fasciatum) et selon la période, de requins marteaux halicorne (sphyrna Lewini) remontant des profondeurs. Site remarquable pour ses contrastes d’ambiances, Barracudas point offre plusieurs temps forts à ses visiteurs. L’arrivée sur le tombant vertigineux qui descend à plusieurs centaines de mètres est impressionnante.



Des nuées de demoiselles, de papillons et de cochers butinent sur le sommet du récif vers -8m et nous invitent à descendre dans le bleu en longeant le mur tapissé d’éponges barriques, de gorgones et d’alcyonaires multicolores. Un sentiment de bien-être intense nous envahit dans cette eau cristalline et chaude quant tout à coup, la lumière matinale s’assombrit. Devant nous, une escadrille scintillante de milliers de barracudas (sphyraena qenie) erre dans le bleu à contre-courant. Ces prédateurs nocturnes se rassemblent en banc pendant la journée pour se protéger de leurs ennemis, déroutés par ce fatras de reflets argentés et de rayures noires. Une tactique de défense vieille comme le monde qui n’entravera pas notre désir de faire connaissance avec ces soldats à écailles. Nous suivons notre guide à palme de sioux et nous retrouvons bientôt au milieu de cette tornade vrombissante de mâchoires et de rayures ne sachant plus reconnaître la surface du fond avec la sensation grisante d’être attirés au coeur d’un vortex…



Quelques minutes plus tard, nous traversons la vallée de sable blanc, véritable aire de repos des requins à pointes blanches (Triaenodon obesus) . Nous en profitons pour nous remettre de nos émotions tout en observant un balai d’hétérocongres (heteroconger hassi) exécuté dans le courant. Une tortue (chelonia mydas) remonte à la surface en déployant lentement ses nageoires pour reprendre sa respiration. En la suivant des yeux, notre regard s’arrête sur un banc de perroquets à bosse ( bulbometopon muricatum) repérables de loin à leurs livrées rose et vert flamboyant. Quel curieux spectacle que d’observer ces imposants poissons des îles brouter frénétiquement les algues sur le récif à l’aide de leur bec et éjecter devant nous des nuages de poussière de corail ! Une quinzaine d’individus a élu domicile autour de l’île et se donne tous les jours rendez-vous à l’aurore pour des séances de gommage de peau sur les stations de déparasitage de Barracuda Point. Le soir, ils s’endorment dans les anfractuosités du site du « Drop off ». Encore abasourdis par tant de rencontres , nous nous faisons surprendre par des balistes mâles qui s’en prennent subitement à nos palmes. En cette période de ponte, mieux vaut éviter de survoler leur territoire… Nous nous écartons vite du platier et sans rancune, effectuons notre pallier dans le bleu.



Le sommet du récif de South Point se trouve à -8 m et descend en pente douce jusqu’aux fonds sablonneux de 40 à 55 m. Les plongeurs n’ont généralement pas le loisir d’atteindre ses profondeurs tant le site bouillonne de vie entre la surface et 20 m. Ici de magnifiques platax ou poissons chauve-souris (platax teira) butinent en famille, un couple de poissons anges joue à cache-cache autour des patates de corail tandis qu’une pléiade de carangues échevelées nous effleurent de leurs fils d’argent… La scène se passe sur un fond bleu abyssal à tribord et une rangée de coraux multicolores à bâbord. Les tortues font entièrement partie du paysage, les unes endormies sur des branches de gorgones, les autres trônant sur de petits surplombs le long du tombant. Il ne se passe pas un instant sans en voir une remonter à la surface et une autre s’immerger…Un bruit métallique de tige de moniteur s’active. Là ! Un nuage énorme de carangues (caranx sexfasciatus) tournoie au-dessus de nous dans 10 mètres d’eau. En un coup de palmes, je me retrouve nez-à-nez avec des milliers de poissons qui fusent dans tous les sens et se séparent autour de moi avant de se réunir à nouveau dans un balai synchronisé.



J’ai l’impression d’être aspirée au centre d’une spirale et de faire corps avec le banc. Les rayons du soleil filtrent la masse sombre et se reflètent sur les robes argentées qui tourbillonnent de plus en plus vite. Je ne suis pas la seule intruse. Deux belles carangues ignobilis surgissent au milieu du banc et pourchassent un groupe de petites carangues qui d’un coup de nageoire dorsale rejoignent leurs consoeurs. Le banc virevolte de plus belle en une onde cristalline qu‘une tortue traverse nonchalamment. Je saisis l’opportunité de la suivre pour sortir de cet envoûtement aquatique. Je rejoins mon binôme qui me pointe du doigt un requin léopard (Stegostoma Fasciatum) s’évanouissant dans le bleu en ondulant de sa magnifique caudale…



Lorsque le soleil est au zénith, c’est le moment idéal pour profiter de l’ambiance exceptionnellement colorée de Hanging Garden. Ce véritable arc-en-ciel de coraux mous est un enchantement de fruits imaginaires dont les couleurs vives et les formes voluptueuses tranchent avec l’abrupt tombant bleu abyssal du récif. Cet éden abrite toute une kyrielle de poissons de récif, et les plongeurs évoluent entre salsas défensives de demoiselles et valses frétillantes de chaetodons, girelles et chromis… Nous tombons nez à nez avec un banc de fusiliers bleus (pterocaesio tile) et découvrons une famille de platax sur une aire de nettoyage où de petits labres mauves s’activent consciencieusement. Des barbiers et un tetrodon attendent patiemment leur tour sous l’œil circonspect d’une murène qui sort la tête de son terrier orné de corail noir. Nous nous laissons guider par le léger courant en survolant le jardin de corail orné d’alcyonaires se déclinant dans des tons bleus, mauves, roses et orangers. Nous croisons plusieurs carangues bleues en maraude. Une palanquée s’est immobilisée à l’écart du tombant devant un groupe de tortues.



Nous la rejoignons par curiosité et assistons à une scène incroyable. Trois mâles reconnaissables à leur appendice en forme de trompe s’affrontent violemment tout en suivant une femelle. L’un d’entre eux parvient à s’agripper à la carapace de la belle qui lasse de résister se laisse faire au bout de quelques minutes. Un deuxième mâle s’agrippe à son rival, toujours en prise. Nous restons bouche bée devant ce spectacle que nous offre Dame Nature.
Peu d’endroit au monde offre des plongées de cette envergure : des ambiances foisonnantes et colorées, des tombants vertigineux, des rencontres avec une faune pélagique peu farouche et des scènes de vie sous-marines inoubliables. L’unique contrainte est de réserver son séjour à l’avance afin d’obtenir le permis de plongée et de faire le trajet jusqu’à ce petit bout d’île perdu au nord-est de Bornéo... Mais une fois dans l’eau, les heures de vols s’effacent comme par miracle.
Un rythme intense Les moniteurs, dive masters ou instructeurs PADI pour la plupart, vous font découvrir en plongées dérivantes les trésors cachés de Sipadan. Tous partagent avec professionnalisme et passion leur expérience des sites et leur connaissance des différents écosystèmes sous-marins de la région. Les plongées sont programmées dès 6H00 du matin pour optimiser les chances de rencontrer la faune pélagique à son heure la plus active. Mais les premières plongées commencent généralement à partir de 8H00. Une pause café avec une collation est organisée entre les deux plongées matinales. Les plongeurs des différents centres en provenance du monde entier se retrouvent alors sur la magnifique plage de Sipadan où ils peuvent s’échangent leurs impressions et découvertes. Après la pause déjeuner, de nouvelles palanquées viennent tremper leurs palmes et profiter de la lumière de l’après-midi… Et pour finir en beauté, une plongée au coucher de soleil ou une plongée de nuit est proposée sur les sites de Mabul ou de Kapalaï..



Comment se rendre à Sipadan ?


Kuala Lampur - Kota Kinabalu : les lumières de « «KL » et la grandeur sophistiquée des Tours Petronas s’amenuisent à travers le hublot à mesure que brille l’encre bleue de la Mer de Chine méridionale…La civilisation n’est plus qu’un lointain souvenir et l’aventure avec un grand A peut commencer, à présent que l’avion approche l’île de Bornéo, hantée d’innombrables histoires de pirates et de coupeurs de tête…


Kota Kinabalu - Tawau : une heure de vol de « KK » pour survoler la forêt tropicale et les montagnes vallonnées de l’Etat de Sabah. Les premiers rayons de soleil transpercent les nuages et illuminent les plantations d’hévéas et de palmiers à huile, dont les frondaisons émeraudes émergent de la brume matinale.


Tawau - Semporna : 40 minutes de voiture à partir de l’aéroport de Tawau, le temps de s’imprégner de l’agitation de la vie quotidienne locale et des effluves du traditionnel teh-tarik (thé au lait sucré) échappées d’étales en bord de route… Bazards, mosquées, pagodes bouddhistes ou temples hindouistes défilent devant nos yeux étonnés de tant de diversité culturelle.


Semporna - Sipadan : une heure de speedboat de Semporna, village de pêcheurs perché sur l’eau, à destination de ce petit bout d’île mythique… L’accès aux richesses de Sipadan se mérite, qu’on se le dise !



Salon de la Plongée
widget widget widget
widget widget
Actuellement
6 annonces
widget widget widget
widget widget widget