Logo

PARIS

Toutes les actualités

actualités

Réseau-Cétacés agit – La chasse au dauphin à Taïji, Japon

Rubrique : Environnement

Publié par : RESEAU CETACES

Date : 20 Avril 2021


Information

Chaque année, à Taïji (Japon), une chasse au dauphin se déroule de septembre à mars. Le Dolphin Project collabore avec la Life Investigation Agency (LIA) pour permettre une présence quotidienne d’une équipe japonaise sur le terrain. Ils documentent jour après jour les battues et évènements qui s’y déroulent. Réseau-Cétacés, première association de France dédiée à la protection des cétacés, relaye durant toute la saison de chasse les bilans quotidiens et hebdomadaires en français.


Plusieurs espèces de dauphins sont victimes d’abus et de maltraitance, et abattus pour leur viande ou emmenés pour être exploités dans des parcs marins et des delphinariums. Des groupes entiers de dauphins sont décimés, et plusieurs morts accidentelles sont également reportées, du fait de la violence de ces battues.


Sur la saison de chasse 2020-2021, un total de 46 «baies rouges» (une journée « baie rouge » : une journée lors de laquelle des dauphins sont abattus ou sélectionnés pour la captivité) et 135 «baies bleues» (une journée « baie bleue » : une journée où aucun dauphin n’est abattu ni capturé) ont eu lieu et les chasses ont concerné six espèces de dauphins différentes. Ce sont 547 dauphins qui ont donc été massacrés et 140 sélectionnés pour la captivité en delphinariums.


Les dresseurs travaillent en étroite collaboration avec les chasseurs de dauphins, choisissant quels mammifères connaitront la captivité et lesquels seront abattus. Les parcs marins et les aquariums emploient souvent les termes «conservation» et «éducation» dans le descriptif de leurs spectacles de dauphins. Cependant, la réalité est que la demande de dauphins captifs pour le divertissement des spectateurs alimente la chasse au rabattage à Taïji. Les spectacles de cétacés, y compris les programmes de nage avec des dauphins, ne sont ni éducatifs ni divertissants. Ils constituent une exploitation et sont souvent responsables de l’extermination de groupes entiers de dauphins sauvages.


L’industrie de la captivité, en subventionnant largement ces battues, leur permet d’exister. En effet, les chasses à des fins purement alimentaires ne seraient pas rentables.


En février 2018, une partie de l’équipe de Réseau-Cétacés s’est rendue à Taïji pour prêter main forte aux équipes sur place et documenter les chasses. Plus récemment, en mars 2021, Réseau-Cétacés a fait parvenir des fonds à LIA afin que l’ONG puisse investir notamment dans des drones, de manière à mieux documenter les chasses, les chasseurs redoublant d’efforts pour cacher leurs activités.


Il est impératif de continuer à documenter et informer le monde entier, pour expliquer pourquoi nous devons dire NON aux spectacles de dauphins.


Partager par email

Production et Organisation : HP Communication – 2 Bis Chemin de l’Ile de Beauté – 94130 Nogent Sur Marne - France
'