Logo

PARIS

Toutes les actualités

actualités

Pour ne pas rester les oubliés du « quoi qu’il en coûte »

Rubrique : Evénements

Publié par : Organisation du Salon

Date : 13 Avril 2021


Information

Un film : Les Oubliés

L’intention était bonne, endetter la France pour soutenir tous les citoyens face à une crise dont personne n’est responsable.


Mais l’intention ne suffit pas, et là où certains sont aidés, d’autres demeurent oubliés, sans perspective.
C’est le cas du secteur des « salons », intégré au secteur de l’évènementiel, qui représente plus de 450 000 emplois directs ou indirects. Organisateurs de Salons, standistes, loueurs de mobilier ou de fleurs, toutes ces entreprises totalement immobilisées.

Certes, elles ont pu mettre en chômage partiel la plupart de leurs salariés, mais il reste des charges !
Certes, elles ont pu contracter des prêts garantis par l’état, mais il va falloir les rembourser (Capital et intérêts) car si l’état emprunte à taux négatif, ce n’est pas le cas des entreprises.
Certes, ces entreprises ont pu bénéficier ponctuellement d’aides, mais celles-ci sont évaluées sur un chiffre d’affaires régulier, quand leurs activités génèrent souvent un chiffre d’affaires totalement irrégulier.
Un Salon, c’est un an de travail pour quelques jours plus intensifs et un chiffre d’affaires concentré sur quelques mois.
Ils ont été les premiers fermés et seront les derniers ouverts…

Depuis mars 2020, plus de 400 Salons n’ont pu se tenir, certains ayant même déjà été annulés plusieurs fois et, dans le meilleur des cas, on ne peut imaginer une reprise avant le dernier trimestre 2021.
18 mois d’inactivité, alors que les organisateurs avaient préparé leurs salons, pour finalement les reporter ou les annuler et rembourser les clients.
Ils doivent maintenant envisager de recommencer comme si rien ne s’était passé ? 

L’attention des médias comme celle de l’exécutif est accaparée par les ténors de la restauration, de la culture, de l’aéronautique, mais l'événementiel a totalement disparu.

Alors, que faire ? Se laisser oublier sur le bas-côté (de la route) ?
Survivre étranglé par les dettes, et parfois perdre une vie de travail, avec la honte de devoir licencier ses collaborateurs ?


NON !


C’est la raison d’être de ce film :
« CRIER, Monsieur le Président, Mesdames Messieurs le gouvernement…
NE NOUS OUBLIEZ PAS,
nous ne sommes pas plus responsables de la crise sanitaire que les autres,
nous payons nos impôts comme les autres,
et nous devrons rembourser le "quoi qu’il en coûte" comme les autres.
Sauf si par désespoir, comme dans cette fiction,
nous devions choisir une autre issue ! 


Partager par email

Production et Organisation : HP Communication – 2 Bis Chemin de l’Ile de Beauté – 94130 Nogent Sur Marne - France
'